Historique

CODEPPI, Comité de Défense et Protection de la Presqu'île de Lège-Cap Ferret est une association, née du rapprochement entre deux associations CODEFNOR (pour le nord de la presqu'île)  et MAPPI (pour le sud). 

En effet voila presque 34 ans que nous existons et il nous faut à l'occasion de la création de ce site feuilleter les anciens bulletins des associations mères ou nos paires se sont investis pour que reste une trace de leurs actions qui en définitive ont contribué à faire de notre presqu'île ce qu'elle est aujourd'hui.

L'idée était née entre les deux guerres, fruit des difficultés administratives et de liaison. La presqu'île était alors coupée en deux. Le nord dépendait de Lège, le sud (à partir de Grand Piquey) était administré par La Teste. L'anomalie de cette situation n'avait pas échappé à certaines autorités administratives. Reprise dans les années 1950, cette idée d'un rattachement est développée au sein de l'ASSAP ferret-capienne (Association des propriétaires).

C'est à cette époque que la procédure est prise en main par le « Mouvement pour la Promotion et l'Unification de la Presqu'île » fondé par Mr. ROCHET, lequel est secondé par Mr. BOUCHER.

Les années passent, la volonté demeure, pétition ressemblant à un référendum, désignation d'un commissaire enquêteur... Le 25 février 1975, le Conseil Municipal de La Teste vote le détachement du Cap Ferret et du Canon de sa commune.

En 1976 après approbation du Conseil Général, le dossier est transmis au Ministre de l'Intérieur. Après consultation du Conseil d'État, le décret de rattachement est pris et publié au J.O. du 27 juin 1976.

Le « Mouvement pour l'Unification » ayant atteint son objectif engage son action vers d'autres buts. Cette orientation est avalisée en assemblée générale le 11 août 1976. L'association prend alors le nom de « Mouvement pour l'Avenir et la Protection de la presqu'île » (MAPPI) présidée par Mr. ROCHET.

"Notre Presqu'île", c'était l'intitulé du bulletin de MAPPI ardent défenseur de la « presqu'île du bonheur » avec ses 11000 hectares, 5000 résidents, 100 000 estivants et 50 Km de plages devait être protégée. Certes, il ne s'agissait pas d'aller contre un développement mais de le maîtriser dans des limites qui préservent les intérêts de tous et surtout de ceux qui font la vie économique « naturelle » de ces lieux.

En 1979, à la disparition de Mr. ROCHET, mademoiselle FRAGNAUD assure la présidence de MAPPI avec efficacité.

Il existait alors une autre association qui s'adressait plus aux habitants du nord de la presqu'île : CODEFNOR (Comité de défense de la côte nord et noroît), alors que MAPPI avait concentré son action au sud.

Il convient de noter qu'alors les assemblées générales de MAPPI se tenaient au cinéma « Le Bayonne » et celles de CODEFNOR au cinéma « L'Oasis » à Petit Piquey (il n'y avait pas alors de lieux ayant une capacité suffisante). Elles étaient alors présidées par Mr. HILBERT et Mr. DESTRIAU.

Ayant des actions communes, les deux associations éditent en décembre 1979 un même bulletin puis expriment la volonté de s'unir au cours des assemblées générales du 19 juillet, pour CODEFNOR, et du 10 août pour MAPPI.

La fusion n'étant pas réglementairement possible, il fallait créer une nouvelle association et la faire suivre de la dissolution simultanée de CODEFNOR et de MAPPI.

C'est ainsi qu'une assemblée générale constitutive réunissant les deux conseils d'administration et co-présidée s'est tenue le 18 janvier 1981. Sont alors adoptés les statuts du « Comité de Défense et de Protection de la Presqu'île » (CODEPPI).

Le 15 février 1981, sous la présidence du doyen d'âge, le nouveau conseil d'administration élit son président, le professeur LAPORTE, ainsi que le bureau. L'association est déclarée le 12 mars à la sous-préfecture de Bordeaux (J.O. du 26 mars).

Cette même année, le 8 août, les assemblées générales de CODEFNOR et de MAPPI votent la dissolution de ces deux associations.

Dans le cadre de son action, CODEPPI crée un certain nombre de commissions, chacune ayant à traiter d'un problème particulier. Il apparaît rapidement qu'il convient de créer une structure spécifique pour ce qui concerne les cabanes. Les habitants des villages ostréicoles se réunissent au « Bayonne » le 19 avril 1982. Est alors constituée « l'Association des Propriétaires de Cabanes » (ASYNPRO), déclarée en 1983, agréée en 1986, qui entretient des liens étroits avec l'association mère.

En 1982, le professeur DESTRIAU est élu président de CODEPPI. Le docteur BLANCHEREAU lui succède en 1984, le professeur ELLUL ayant été nommé président d'honneur.

Le 28 mai 1985, un arrêté préfectoral confère à CODEPPI le titre d'association agréée. Ce qui lui confère le droit d'être consultée en matière de plan local d'urbanisme ou de pouvoir se porter partie civile dans les infractions portant un préjudice direct ou indirect aux intérêts collectifs qu'elle a pour objet de défendre.

En 1998, après 14 années le docteur BLANCHEREAU renonce à poser sa candidature. C'est Jean-Marc LORIOT qui est élu président. Luc DUPUYOO lui succédera en 2002 et Michel FAITROP sera élu en 2004.

Cet historique ne peut être achevé parce qu'il est le votre. Intimement lié à l'évolution de notre commune, il est le fruit de votre action. Si chaque instant vécu s'inscrit déjà dans le passé, il est aussi semence pour vous et vos proches. « Rien de ce qui concerne la presqu'île ne nous étant étranger », par votre présence que nous relayons, CODEPPI veille à ce que soient compris et préservés ces lieux de paix et de bonheur que vous aimez